Transfert social

De CocoWikipedia
Révision de 1 novembre 2015 à 00:10 par Hervé Hubert-Klein (discussion | contributions) (Nouage transidentitaire)

(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Origine de la notion de Transfert social

Le transfert social [1] est un outil psychanalytique conçu par Hervé Hubert (Hervé Hubert, Psychiatre des Hôpitaux, Psychanalyste,Chef de service, Docteur en Psychanalyse, Docteur en Psychologie ) à partir du texte de Freud « Psychologie des foules et analyse du moi »[2], remanié par les apports de Lacan et Marx.

Il repose sur le fait qu’un individu tout seul cela n’existe pas, paraphrasant ainsi le pédiatre et psychanalyste Winnicott à propos des bébés « Un bébé tout seul cela n’existe pas ». Il s’appuie également sur la VIème Thèse sur Feuerbach qui indique que l’essence de l’homme est dans les rapports sociaux « (…) Mais l’essence de l’homme n’est pas une abstraction inhérente à l’individu isolé. Dans sa réalité, elle est l’ensemble des rapports sociaux. » [3]

Un individu est un être social pris dans un mouvement transférentiel avec les autres individus dans le cadre des rapports sociaux de production. Le terme psychanalytique de transfert a pour base un mécanisme de déplacement. La personne en psychanalyse déplace sur le psychanalyste des sentiments authentiques (amour, haine, ignorance) et produit un savoir inconscient par son dire sur le divan, associant librement des mots, des images, des sensations de corps. Le produit du transfert est une circulation de mots, d’images, de sensations de corps et cela circule dans l’affect qui vectorialise le processus. Cela met en évidence le nouage inconscient qui organise le mouvement social d’une personne, nouage entre mot-image-sensation de corps.

Freud note dans son travail à plusieurs reprises qu’il y a un transfert commun qui fonctionne dans la société entre les individus. Lacan confirmera ce point de vue. Ce qui est à noter est le texte qu’il écrit en 1921, déjà cité, « Psychologie des foules et analyse du moi » et qui considère en partie l’individu comme social. Ce texte de Freud est sans doute le plus proche de l’œuvre de Marx. Il analyse en effet dans cet ouvrage les rapports existant dans le groupe social, entre les individus entre eux, ce que Hervé Hubert appelle transfert horizontal, ainsi que les rapports entre le groupe et un meneur, ce que Hervé Hubert appelle transfert vertical. Freud étendra ce mécanisme envers le meneur aux rapports entre le groupe social et donnera les exemples de l’Eglise ou de l’Armée.


Transfert social et Transfert commun

Hervé Hubert substitue le terme de transfert social à celui de transfert commun pour éclairer les rapports décrits par Freud. Ce dernier parle en effet dans ce texte d’angoisse sociale, de pulsion sociale, mais reste enfermé dans le concept psychanalytique d’identification. Hervé Hubert invente ce terme de transfert social dans le même mouvement où, suivant Lacan, il introduit Marx dans le champ concret de la psychanalyse, celui de la pratique de transfert dans la société.

Hervé Hubert fait mention de ce concept pour la première fois dans l’article « Déchéance de nationalité et plus-de-jouir » in Lemonde.fr paru le 25/08/2010 Cet outil du transfert social est simple, composé dans sa géométrie d’une verticale et d’une horizontale. La verticale fait fonctionner le groupe social qui se situe sur l’horizontale en reliant tous les membres du groupe en un point unique (meneur, Eglise, Armée) Ce point unique recouvre un trou fondamental. Si on enlève ce qui fait tenir la verticale, les éléments sur l’horizontale se délient, l’ensemble du groupe social se défait transitoirement en particules séparées par des trous. Il se produit un dé-nouage, un dénouement.

Ce transfert a toutes les caractéristiques du transfert psychanalytique, seuls la situation et le maniement de l’outil sont différents de ce qui ressort de l’expérience psychanalytique. Le transfert social fait fonctionner des valeurs sociales dans les groupes et devient de fait déplacement de valeur de jouissance, convoquant le rapport à la vérité, au savoir et ses différents modes de négation dans le collectif (le déni étant le mode le plus fréquent de négation de savoir) L’apport de Marx est décisif pour donner toute sa mesure à l’analyse du déplacement de jouissance, du transfert social de jouissance sociale.

La jouissance est ici à entendre sous la forme juridique du droit : le droit à jouir d’un bien social par exemple, avoir possession d’un bien social (la santé par exemple) Marx est le premier psychanalyste de l’Histoire : il analyse les rapports sociaux de production et montre la duperie qui l’organise dans les rapports de classe et d’exploitation. Il met en évidence dans le Capital les ressorts de la duperie, la mystification et le fétichisme liés à la mise en rapport des marchandises avec le profit.

Il y a une place homologique entre cette duperie sociale et la duperie du fantasme produite dans la cure psychanalytique, où il conviendra de saisir la construction du transfert, qui se produit entre le psychanalyste et le psychanalysant, dans son point d’arrivée à ce qui a dupé la personne jusqu’alors dans sa vie dans son rapport à son désir et sa jouissance propres. Dans le transfert de la cure, l’analyste prend la place de déchet à mettre à la poubelle, résultat du vidage de ce qui pousse un humain à jouir dans son rapport aux autres et à lui-même. Quelque chose est tombé dans le transfert et cela renverse et oriente l’éthique.

Bascule transférentielle

Quelque chose est tombé, quelque chose s’est dénoué. Cette logique de bascule transférentielle et de dénouement peut nous éclairer de façon décisive dans l’issue révolutionnaire transformatrice du transfert social lorsqu'un changement d’ordre de jouissance sociale se produit sous la pression de la tromperie, de l’humiliation et de l’angoisse sociale en rapport avec la privation sociale et la déchéance sociale qui l’accompagne. C’est là où se produit l’articulation avec la Révolution. Dans le transfert social, la tromperie (rapport à la vérité) et l’humiliation sociales (castration) vont être des moteurs essentiels dans ce qui pousse au niveau social vers un changement lorsqu’une privation sociale devient un fait social majeur (crise).

Ce changement n’est pas nécessairement une révolution socialiste mais peut-être l’arrivée du fascisme ou du nazisme. Ainsi l’angoisse sociale peut ébranler ce qui fonctionne comme garantie entre les deux axes transférentiels, et Hitler a su transférer son plus de jouir barbare pour sortir d’une position de déchéance, de privation et faire circuler la valeur de la race [4].

Cela relève du mécanisme transférentiel qui met en fonction la supposition et l’attribution dans ce qui fait signification quant à un drame social. Face à un drame social, une privation sociale, différentes suppositions individuelles et collectives vont venir faire tentative de signification. Il y aura des oscillations entre des extrêmes et puis pour faire cesser ces oscillations et suppositions une attribution sera effectuée au niveau de l’intention de tromper et détruire une puissance. Ainsi Hitler après différentes phases contradictoires de la pensée va basculer du côté de l’antisémitisme et de l’anticommunisme. Il estime que dans le contexte de déchéance sociale de 1924 en Allemagne, après l’humiliation subie par le peuple allemand à l’issue de la première guerre mondiale, une séparation avec cet état de privation insupportable est nécessaire. Il se dit dupé par la social-démocratie qui trahit les idéaux politiques qui lui sont attribués ; il se sent également dupé par les Juifs qui tromperaient sur leur civilité allemande, restant dans leur jouissance à part « juif ».

C’est donc à partir des moments de bascule dans un rapport à la déchéance d’une fonction sociale pour un individu ou pour un groupe que la psychanalyse liée au transfert social pourra éclairer une logique inconsciente. Il s’agit ainsi de contribuer à l’enjeu énoncé par Marx d’analyser la Raison et son irrationalité. Cette irrationalité est en correspondance avec les termes d’inconscient, de passions qui s’articulent à ceux de pulsion et de puissance. La question du meurtre est ainsi centrale. Des actes historiques peuvent ainsi être analysés dans leur dimension de transfert social, complémentaire d’autres analyses. La décapitation du Roi Louis XVI qui instaure la République en France « tranche » le lien entre le pouvoir concret du pouvoir sur un peuple et le transcendental divin : le pouvoir de Droit Divin. Les effets sociaux concernant la Terreur ou la naissance de l’Etre Suprême ou la Déesse Raison sont des effets de dé-nouage de la place sociale et de la fonction sociale de Dieu.

Lorsqu’il y a faillite du pouvoir social en cas de crise dans une société libérale comme en 1929, l’angoisse sociale est importante. La fonction d’une valeur, l’argent, est en faillite et marque l’impuissance de l’individu. Elle marque aussi la jouissance abusive de certains propriétaires du Grand Capital. La mise en circulation par le nazisme des valeurs « sang » et « race » viennent mettre en place un nouveau nouage, permettant face au dénouement ( dé-nouage) tragique prévisible, d’anticiper et d’avoir l’illusion d’une puissance. La tromperie et l’humiliation portées par la Social-Démocratie poussent à ces solutions barbares.

Selon Hervé Hubert l’homologie avec la situation de 2015 en France, en Europe et aux Etats-Unis d’Amérique est frappante. Le pouvoir social ne se résume pas à la vulgarité du concept de pouvoir d’achat, il est aussi un « pouvoir faire » pour l’individu dans le socius, pouvoir faire selon ses besoins, ses désirs, ses vœux de création. La célèbre question « Que faire ? » posée par Lénine qui revient régulièrement dans notre actualité a aussi cette portée. Il est important de saisir le transfert historique grâce à l’outil proposé et son corrélat de nouage.


Nouage transidentitaire

Selon Hervé Hubert, un autre exemple est la situation transidentitaire. Le transfert social permet de saisir la logique qui fait obstacle puis passage vers un nouage mot-image-corps, à savoir pour les MTF, passage du nouage homme- image masculine – trait corporel viril au nouage femme-image féminine- trait corporel féminin. C’est lorsque la valeur dite virile ne fonctionne plus que le passage transférentiel peut se produire vers un autre nouage où la valeur dite féminine fonctionne. La personne MTF fabrique un nouveau nouage avec l’abolition du nouage ancien et ainsi un nouvel ordre de jouissance se met en place, l’ordre fonctionnant comme un nouage si nous suivons Lacan. Pour les FTM le nouage est inversé. Cette conceptualisation permet de donner des bases d'appui transférentiels dans les passages transidentitaires et offre des outils d'analyse à ce qui marque de façon claire la psychiatrisation de différences parmi les humains

Nouage de civilisation

La question du nouage et de l'ordre peut se transposer au niveau collectif et politique L’acte révolutionnaire de Lénine en 1917 sera de mettre en place un autre rapport à la jouissance sociale dans le cadre de la lutte des classes. Selon Hervé Hubert, il y aura avant qu’un autoritarisme ne se mette en place après la mort de Lénine, des effets d’un nouveau nouage avec la création de l’Union Soviétique, qui a dans sa constitution, sa consistance et sa formulation même, l’idée de nouage. Il y aura ainsi des transferts sociaux émancipateurs souvent méconnus avec une révolution sexuelle, la mise en place de centres psychanalytiques gratuits, la perspective d’inventer un rapport transférentiel de peuple vers la création artistique (Pour ce dernier point l’influence de Gorki et de Loucharnasky sera importante). Selon Hervé Hubert, saisir avec le concept de transfert social, l’échec de cette émancipation puis son effondrement en 1991 paraissent d’une grande importance dans la proposition nécessaire d’abolir le capitalisme.

Multiples pertinences du concept de transfert social

Pour Hervé Hubert, les pertinences du concept de transfert social sont donc multiples et les perspectives de son utilisation opérationnelle peuvent toucher différents champs : la pratique psychanalytique bien sûr mais aussi, l’Histoire et le Matérialisme Historique, la Philosophie et le Matérialisme Dialectique, l’Esthétique, la Sociologie, l’Economie, l’Ethique, l’Epistémologie.

Notes et références de l'article

  1. « Déchéance de nationalité et plus-de-jouir in Lemonde.fr paru le 25/08/2010
  2. FREUD S, Massenpsychologie und Ich-Analyse, 1921
  3. MARX K, ENGELS F, L’Idéologie allemande, 1ère partie « Feuerbach », Editions sociales, Paris, 1966, p.
  4. HUBERT H, Déchéance de nationalité et plus-de-jouir, Le Monde.fr 25 août 2010

Voir aussi

Liens et documents externes