« Capital (Le) »

De CocoWikipedia
Aller à : navigation, rechercher

Résumé

« Capital (Le)»

L'ouvrage principal de Marx. « L'ouvrage d'économie politique le plus grand de notre siè­cle » (Lénine: Œuvres, tome 2. p. 19), qui donne une analyse scientifique approfondie des lois économiques de l'évolution du capitalisme et prouve l'inéluctabilité de sa faillite et de la victoire de la formation économique et sociale communiste. Le « Capital » constitue la base fondamentale de la conception communiste du monde. Marx disait que le « Capital » était l'œuvre de toute sa vie. Il consacra 40 années de travail inlassable à la création de l'économie politique scientifique. Les jalons les plus importants de ce che­min sont notamment « Les Manuscrits économiques de 1857-1859 ». « La con­tribution à l'économie politique » (1859), dans lesquels il élabore les bases de la théorie de la plus-value, analyse en détail les principes méthodologiques d'étude et de critique de l'économie politique bourgeoise, for­mule les principes fondamentaux du matérialisme historique; ce sont aussi ses travaux des années 60 (le volumineux manuscrit de 1861-1863) dans lesquels il étaye la structure du « Capital » et examine soigneusement l'histoire des théories économiques. Le Livre premier du « Capital » fut préparé pour l'impression par Marx lui-même et parut en 1867. Les Livres deuxième et troisième furent publiés après la mort de Marx sous la direction d'En­gels, en 1885 et en 1894 ; quant à la quatrième partie de l'ouvrage de Marx, elle ne fut publiée, par Kautsky, qu'au début du XXe siècle sous le titre « Les Théories de la plus-va­lue ». Or, Kautsky prit la liberté d'effectuer dans le texte de Marx des coupures substantielles et des transpositions arbitraires. Sa publication scientifique complète fut réalisée pour la première fois en U.R.S.S. entre 1955 et 1961. L'importance du « Capital » ne se limite pas à son contenu écono­mique, cet ouvrage représente le développement de la théorie marxiste prise dans son ensemble, dans l'unité de ses trois parties constitutives: la philosophie matérialiste dialectique et historique, l'économie politique et le communisme scientifique. C'est dans cet ouvrage que deux découver­tes principales de Marx trouvent leur expression la plus complète : la théo­rie de la plus-value et la conception matérialiste de l'histoire. La première de ces découvertes dévoile le mystère de l'exploitation et justifie la thèse de la mission historique de la classe ouvrière en tant que fossoyeur du capitalisme et bâtisseur d'une société nouvelle, socialiste. Le socialisme cesse d'être utopique pour devenir scientifique. Grâce au « Capital » de Marx, la conception matérialiste de l'histoire en passant de l'état d'hypothèse à celui de théorie rigoureusement fondée, devient une base méthodologique et théorique pour la théorie du communisme scientifique. La méthode de recherche matérialiste appliquée dans le « Capital » diffère de façon substantielle de la méthodologie des penseurs prémarxistes. La thèse selon laquelle l'activité laborieuse des hom­mes est le mode de formation et d'exis­tence des rapports sociaux et, donc, des hommes eux-mêmes et de leur conscience permet de concevoir la société comme un organisme fonc­tionnant et se développant selon des lois objectives, dont l'activité inclut la production des idées, des représen­tations, de la conscience. C'est pour cette raison que la conscience dans son rapport à l'être est examinée dans le « Capital » non pas de façon naturaliste, c'est-à-dire non pas sous la forme du rapport d'une conscience toute faite au monde extérieur, mais à partir de positions sociales et historiques, la connaissance des objets et les procédés d'obtention de cette connais­sance étant connus comme le résul­tat du processus de la connaissance pratique du monde extérieur. Là réside le sens du principe développé dans le « Capital », à savoir celui de l'adé­quation de la pensée à la réalité, aux termes duquel les formes de l'activité mentale, de la connaissance théori­que de l'objet se manifestent aussi comme des lois du développement de cet objet. Le contenu de ces formes est mis en évidence par la dialectique, pour laquelle la connaissance est un aspect de l'activité pratique de l'homme au cours de laquelle sont élaborées les catégories universelles. C'est pourquoi la dialectique en re­produisant la logique objective du mouvement du monde réel se présente à la fois comme forme de pensée théorique (logique) et comme moyen de compréhension (Connaissance, théo­rie de la). Dans le « Capital » Marx déve­loppe sous tous ses aspects la méthode de recherche matérialiste dialectique, met en lumière le contenu des prin­cipales catégories philosophiques, argumente le mode de leur combinaison — en passant de l'abstrait au concret (Abstrait et concret) en un système permettant de reproduire sur le plan théorique le phénomène en dévelop­pement (Historique et logique), et analyse le rôle des contradictions dans l'évolution d'un système cohé­rent et dans sa connaissance. Le « Capital » fournit à la connaissance scien­tifique une méthodologie et une logique de recherche, montre qu'il faut avoir une culture philosophique approfondie pour pouvoir résoudre les problèmes urgents de l'actualité. Cette œuvre reste toujours un puis­sant instrument entre les mains de la classe ouvrière en lutte pour sa libé­ration, elle témoigne de la force scientifique et révolutionnaire im­périssable du marxisme.

Bibliographie

Frolov, I., Dictionnaire philosophique, Éditions du Progrès, Moscou, 1985, pp. 65-66