A.C.E.R. (R.S.KH.D.)

De CocoWikipedia
Aller à : navigation, rechercher

A.C.E.R. [R.S.KH.D.]

– Action Chrétienne des Étudiants Russes. Groupement de la jeunesse orthodoxe russe de l’émigration, essentiellement religieux et culturel, né en 1923. Avant la constitution de l’ACER, il existait pratiquement dans tous les lieux d’Europe où se retrouvait l’émigration russe des groupes analogues; à Belgrade, en faisaient partie les frères Zernov, Zenkovski*, Kern, Bezobrazov, Afanasiev, Téréchenko; à Pr., le cercle avait été organisé par les animateurs du mouvement étudiant lancé avant la révolution en Russie par Lipérovski, Nikitine, Brégué et avait un caractère interconfessionnel; à P., la jeunesse se groupait autour du père A. Kalachnikov, à Berlin, autour de Frank* et de I. Ilyine*. Dès 1921, au Congrès de la Fédération chrétienne étudiante mondiale réuni à Pékin, une branche russe avait été créée. Du 1 au 8 septembre 1923, à Přrerov (Tchécoslovaquie) se déroula le I er Congrès des étudiants russes d’Europe, financièrement soutenu par la Young Men’s Christian Association (YMCA**). C’est lui qui jeta les bases du mouvement et proclama son orientation orthodoxe. À ce congrès se produisit la rencontre de deux générations: les acteurs de la renaissance religieuse qui s’étaient manifestés à haute voix étant encore en Russie et la jeunesse venue à l’Église orthodoxe majoritairement dans les années qui suivirent la révolution. Comme Boulgakov* le dit un jour à Zander**, secrétaire du mouvement: « Comparée à ce qu’étaient nos réunions de philosophie religieuse, la problématique des Congrès du Mouvement a quelque chose d’un peu élémentaire, mais il y a un élément qui n’était pas chez nous; une incorporation vivante à l’Église de fidèles qui cherchent avec passion et acharnement les droits chemins » (Vestnik RSKHD, 1962 N° 66/67, p. 26). Déclarant se situer en dehors de la politique et accueillant parmi ses membres des personnes aux conceptions idéologiques diamétralement opposées (des monarchistes aux socialistes), l’ACER renonça à la mixité confessionnelle, et prit une note ecclésiale orthodoxe, sans pour autant se placer officiellement sous quelque autorité ecclésiastique que ce fût ni s’affilier à aucune juridiction. Son idée centrale était l’ecclésialisation vocerkovlenie de la culture et de la vie, et la forme de base de son organisation devait être la confrérie orthodoxe ; mais à part la Confrérie de Saint-Séraphin à Belgrade, cette structure ne connut pas d’autre extension. Il y eut un événement marquant dans la vie de l’ACER : la discussion qui s’instaura au congrès d’Argeronne (France) en 1925 autour des exposés de Berdiaev* et l’évêque Veniamin, qui donnaient de la vocation chrétienne deux visions diamétralement opposées. Le premier comprenait le christianisme comme une religion active de transformation du monde ; l’évêque Veniamin, voyant dans cette approche l’utopisme de l’intelligentsia* russe décidée à sauver le monde par des moyens extérieurs, mettait au premier plan la voie ascétique du salut personnel. À l’automne 1925, suite à la décision prise au Congrès d’Argeronne, fut ouvert à P. l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge, appelé à devenir un des centres religieux de l’émigration russe. En juin 1926, le synode des évêques russes en exil réuni à Karlowitz déclara que les organisations protestantes qui soutenaient l’ACER étaient franc-maçonnes et hostiles à l’orthodoxie et exigea des cercles étudiants qu’ils rompent toute attache avec elles, ce qui allait à l’encontre de l’esprit d’ouverture du mouvement. L’ACER avait le soutien de Monseigneur Euloge**, qui était à ses origines et se trouvait être l’unique métropolite russe canoniquement établi en Europe. La scission entre le métropolite Euloge et les évêques du synode de Karlowitz, qui s’étaient soustraits à l’autorité du patriarcat de M. fut consommée en janvier 1926. Elle modifia substantiellement le caractère de l’ACER, l’obligeant à se démarquer de l’aile monarchiste et conservatrice de l’Église russe. Les formes principales de l’activité de l’ACER furent de participer à la vie liturgique de l’Église et à son action missionnaire : organiser les écoles des jeudis et des dimanches auprès des paroisses orthodoxes, les camps d’été pour les étudiants, l’action sociale dans les hôpitaux et les prisons, l’organisation de cercles d’étudiants chrétiens dans tous les pays de la diaspora (y compris la Pologne, la Tchécoslovaquie, les États baltes). Une des activités majeures fut l’édition d’un organe de presse, le Vestnik RSKHD (depuis 1973, le titre est « Messager du mouvement russe chrétien »). Il paraît depuis 1925, avec une interruption de 1939 à 1945; primitivement mensuel, puis trimestriel. Des informations sur la vie de l’ACER paraissaient dans la revue Pout* publiée par Berdiaev (1925-1940). Le président et l’inspirateur de l’ACER de 1923 à 1962 sans interruption fut Zenkovski (il reçut la prêtrise en 1942). Dans ses Essais sur l’idéologie de l’ACER Očerki ideologii RSHD il fait remarquer que le Mouvement « rejette ce spiritualisme chrétien qui distingue la vérité de l’Église de la vérité de la vie et de l’histoire, les livrant à la totale merci des naturalismes de tout poil, mais il rejette aussi cette absolutisation formelle de l’Église, qui s’était manifestée de la manière la plus éclatante dans la théocratie médiévale et ne voyait dans le monde, dans l’ordre naturel, rien de lumineux, rien qui vaille. Contre ce rejet, ce dédain de la vie, l’orthodoxie a toujours promu l’idée de transformation de la vie dans l’esprit de l’Église… En termes philosophiques, ce versant du christianisme peut être formulé comme un cosmisme* de principe, la foi que dans le Christ le monde n’est pas rejeté, mais sauvé et transfiguré. » (Vestnik RSKHD, 1929. N° 5, p. 23-24). En 1959 furent adoptés les nouveaux statuts de l’ACER, disant que le Mouvement a comme objectif fondamental de rassembler la jeunesse pour servir l’Église orthodoxe et attirer à la foi au Christ les indifférents et les incroyants. Il s’efforce d’aider ses membres à « élaborer une vision du monde chrétienne et se donne comme tâche de préparer des défenseurs de l’Église et de la foi, capables de se confronter à l’athéisme et au matérialisme contemporains. » Études : Zen’kovskij V. V., « Zaroždenie RSHD v èmigracii » in: Vestnik RHD, 1993, N° 168, p. 5-40; Zen’kovskij V. V., « Očerki ideologii RSHD » Ibid., 1929, N° 5, p. 20-24; Zernov N. M., Za rubežom, P., 1973; [[Zernov N. M., Russkoe religioznoe vozroždenie XX veka]], P., 1974; Nazarov M. V., Missiâ russkoj èmigracii, Stavropol’, 1992; [[Tamarinova O. V., « Vospominaniâ o V. V. Zen’kovskom » in: Kontinent]], 1993, N° 79, p. 243-260; les revues Put’ (1925-1940), Vestnik RSHD (s 1973 g.-Vestnik RHD) publiaient régulièrement les comptes rendus des congrès de l’ACER. A. P. Kozyrev / Trad. R. Marichal

SOURCES: Dictionnaire de la philosophie russe.