ACADÉMIE LIBRE DE CULTURE PHILOSOPHIQUE ET RELIGIEUSE

De CocoWikipedia
Aller à : navigation, rechercher

ACADÉMIE LIBRE DE CULTURE philosophique et religieuse (1919-1923)

– organisée à M. par Berdiaev*, qui devint son président. L’idée de sa création avait vu le jour lors des « mardis » de Berdiaev. Depuis le début de 1918 il s’y rassemblait 20 à 25 personnes qui, à la lumière d’une lampe à pétrole, discutaient des exposés que l’on venait d’entendre. L’exposé sur les onomatodoxes* fut prononcé par Florenski*, celui sur Léontiev* par Douryline*. Les « mardis » continuèrent leur existence même après la création de l’A.l.c.ph.r. et furent en quelque sorte son état-major. La Librairie des écrivains, rue Bolchaïa Nikitskaïa, où travaillaient Berdiaev, Grivtsov, Zaïtsev, etc. contribua aussi à diffuser les idées de l’A.l.c.ph.r. Le 26 septembre 1919 ses statuts furent enregistrés officiellement auprès du département de la justice du Soviet de M. L’un des habitués des « mardis » de Berdiaev (sans doute le philosophe Popov**) en témoigne : « Ce nom donné à l’Acad., « libre », était bien dans l’esprit de Berdiaev, il estimait que la meilleure ambiance pour discuter de questions intellectuelles était de se réunir en toute liberté, dans une atmosphère et un contexte amical et non officiel » (Vestnik RKHD – cf. bibl.). Les statuts stipulent que l’A.l.c.ph.r. se donnait pour objectif « d’étudier la culture de l’esprit dans toutes ses manifestations et sous toutes ses formes, dans les divers domaines – scientifique, philosophique, éthique, artistique et religieux –, de la pensée et de la création ». Dans l’émigration, ces adversaires du pouvoir soviétique furent plus explicites sur les buts que s’était donnés l’A.l.c.ph.r. : « Au plus fort de la révolution bolchevique, quand la culture intellectuelle et spirituelle, en Russie, était menacée d’extermination complète, durant l’automne 1919, à l’initiative de Berdiaev fut fondée l’Acad. libre de culture philosophique et religieuse. La tâche qu’elle s’était assignée était de préserver et développer cette culture (Sophia, N° 1 – cf. bibl.). Divers orateurs prononcèrent des cycles de conférences: Abrikossov – « Les étapes de l’itinéraire mystique », Biély* – « La philosophie de la culture spirituelle », Berdiaev – « La philosophie de l’histoire » et « La philosophie de la religion », Vycheslavtsev* – « L’éthique », Viatcheslav Ivanov* – « La religion grecque », Mouratov* – « L’art de la Renaissance », Stépoune* – « La vie et l’œuvre », Frank* – « Introduction à la philosophie ». Berdiaev dirigea un séminaire sur Dostoïevski*. À partir de 1920 une fois tous les 15 jours furent prononcés des exposés suivis de débats sur les sujets « La crise de la culture », « La crise de la philosophie », « La liberté chrétienne », « L’essence du christianisme », « La Grèce idéale », « Théosophie et christianisme », « Le messianisme polonais », « L’Orient, la Russie, l’Europe », « La mystique hindoue », « Les fondements spirituels du christianisme », « La critique de l’historisme », « Surmonter la trivialité pompeuse », « Constantin Léontiev », « Sur Le Déclin de l’Occident de Spengler », « Vl. Soloviov et le christianisme universel », etc. En août 1922 fut publiée une résolution du Comité Exécutif Central et du Conseil des Commissaires du Peuple de la RSFSR « Sur les règles d’homologation et d’enregistrement des sociétés et des associations à but non lucratif, et sur les règles de surveillance à leur appliquer ». En septembre, les membres de l’A.l.c.ph.r. tentèrent de la faire réenregistrer, en déposant les documents nécessaires au Département administratif du NKVD. Les membres du conseil de l’A.l.c.ph.r. étaient mentionnés comme suit: faisant fonction de président Grivtsov, secrétaire Popov, Berdiaev, Frank, Boukchpan, Vycheslavtsev, Vaïsfeld, Grigorov, Kotliarevski*, Ratchinski, S. Soloviov**, Stépoune, Feldchtein, Tchoulkov*. À ce moment, les procédures qui devaient aboutir à l’expulsion de Berdiaev, Frank, Vycheslavtsev, Stépoune, Feldchtein, étaient en cours, et c’est l’une des raisons pour lesquelles cet enregistrement fut refusé. Dans le document envoyé par le Narkompros (Commissariat du Peuple à l’Instruction) au NKVD, il était indiqué : le Commissariat du Peuple à l’Instruction estime que l’existence de la Société « Acad. libre de culture philosophique et religieuse » n’est nullement souhaitable, en conséquence de quoi il s’oppose fermement à l’homologation des statuts de ladite Société ». Ce document fut signé par le second de Lounatcharki*, Maximovski. À Petrograd, au même moment que l’A.l.c.ph.r., il existait une « Association libre de philosophie » (« Volfila », nov. 1919-1924), qui avait une filiale à M. À sa tête se trouvaient André Biély (président) et Ivanov-Razoumnik* (assesseur), qui notaient le dévoiement des « dispositions authentiquement révolutionnaires » dans la société, appelaient à une plus profonde « révolution de l’esprit » et à la création d’une « culture de la liberté ». Biély et les autres étaient les propagandistes de l’anthroposophie**. Bien que Alexeïev (Askoldov)*, Karsavine*, N. Losski*, A. Meyer* aient participé aux activités de la « Volfila », la problématique religieuse était étrangère à cette association. Dans une lettre du 11 nov. 1921 à Assia Tourguénieva, Biély écrivait: « Berdiaev a encore une autre Société, dont il est le président: “l’Acad. libre de culture spirituelle” (mais la “Volfila”, et “l’Acad.”, bien que sœurs jumelles, sont aux antipodes l’une de l’autre et se font concurrence, la “Volfila” relevant de l’esprit nouveau, “l’Acad.”, du passé) » (cf. bibl., Vozdouchnye Pouti Vozdušnye puti) Études : « [[Vol’naâ Akademiâ Duhovnoj Kul’tury v Moskve. Religiozno-filosofskaâ Akademiâ]] v Berline » in: Sofiâ N° 1, Berlin, 1923; Berdâev N. A., Samopoznanie, M., 1991; Stepun F. A., Byvšee i nesbyvšeesâ, N.Y., 1956, II ; « N. A. [[Berdâev (Po ličnym vospominaniâm) Lavrov et J. Malmstad Eds., SPb., 1998; Galuškin A., « [[Posle Berdâeva : Vol’naâ Akademiâ duhovnoj kul’tury]] v 1922-1923 » in: Issledovaniâ po istorii russkoj mysli: Ežegodnik za 1997 god, SPb., 1997; Ivanova E. V., « Vol’naâ Filosofskaâ Associaciâ. Trudy i dni » in: Ežegodnik Rukopisnogo otdela Puškinskogo doma na 1922 god, SPb., 1996; Belous V. G., Petrogradskaâ Vol’naâ Filosofskaâ Associaciâ (1919-1924) – [[antitotalitarnyj èksperiment v kommunističeskoj strane, M., 1997; Chronik russichen Lebens]] in Deutschland 1918-1941, Berlin, 1999; Vozdušnye puti. Al’manah, N.Y., 1967, série 5, p. 309.

S. M. Polovinkine / Trad. F. Lesourd

SOURCES: Dictionnaire de la Philosophie russe