Abovian, Khatchatour

De CocoWikipedia
Aller à : navigation, rechercher

Résumé


ABOVIAN, Khatchatour (1805-1848)

Grand écrivain arménien, démocrate et pédagogue, fondateur de la nouvelle littérature et de la nouvelle langue littéraire arméniennes. La culture démocratique russe, ses représentants tels que Griboïédov, Biélinski et autres, avaient exercé sur lui une heureuse influence. On doit à Abovian le roman « Les plaies de l'Arménie » (écrit en 1840, paru en 1856) et d'autres oeuvres où il décrit l'héroïsme du peuple arménien en lutte pour sa libération nationale, contre les conquérants persans et turcs. Abovian préconisait le droit de l'homme à la liberté, notamment à la liberté nationale. Concevant la liberté comme une conséquence de l'égalité naturelle des hommes, il rejette la morale chrétienne de la non-résistance au mal et soutient l'idée de l'action populaire. Dans ses écrits, il dénonce la cruauté des exploiteurs féodaux, des popes et des moines, des riches, il montre le réveil de l'esprit de protestation des paysans serfs. Cependant, le faible développement de la lutte de classes en Arménie dans les années 30 et 40 du XIXe siècle n'a pas permis à Abovian d'en venir au démocratisme révolutionnaire, d'exiger le renversement du régime du servage par la révolution. Ses idées philosophiques accusent une tendance matérialiste. S'il n'ose pas encore dénoncer les mensonges religieux et idéalistes selon lesquels le monde aurait été créé par Dieu ou par « l'esprit universel », il n'en porte pas moins une grande attention aux hypothèses scientifiques sur l'origine du système solaire, du monde animal et végétal. Par toute son œuvre, il s'efforce de fixer l'attention des hommes sur les « choses d'ici-bas », et c'est avec une ironie non dissimulée qu'il parle du « monde de l'au-delà ». L'esprit n'est pour Abovian que la propriété de certains corps. « L'arbre est, il existe, mais il n'en a pas conscience ; l'animal en a conscience, mais confusément ; l'homme est, il existe, il a pleinement conscience de son existence parce qu'il pense. » L'âme de l'homme n'est que la propriété de son corps, elle naît et disparaît avec lui, ce qui rend futiles les propos sur le « monde de l'au-delà ». L'immortalité de l'homme, c'est son œuvre. Abovian se rend compte que ses idées ont une orientation antireligieuse et anti-idéaliste, mais il n'en dégage pas lui-même de conclusions athéistes, ce qui témoigne du caractère contradictoire de ses vues philosophiques. Les tendances matérialistes de sa philosophie apparaissent avec un relief particulier dans sa façon de résoudre le problème de la connaissance. Les objets du monde réel sont la source de la connaissance. « Nous devons commencer par distinguer les objets par les sens, pour en concevoir ensuite l'ordre par la pensée. » « Vérifie par l'expérience avant de t'enfermer dans ta chambre », disait-il. L'art est pour lui le reflet de la vie, il exige que la littérature arménienne abandonne les sujets religieux et puise son inspiration dans la vie du peuple, qu'elle exalte sa sagesse, son héroïsme, sa vaillance et sa noblesse d'âme. La mission suprême de l'art est de servir le peuple. L'une des idées maîtresses de l'œuvre d'Abovian est celle de l'amitié indestructible entre le peuple arménien et le peuple russe.

Bibliographie

Petit dictionnaire philosophique, Sous la direction de M. Rosenthal et P. Ioudine, Éditions politiques d'État, Moscou, 1955.