Ajivika

De CocoWikipedia
Aller à : navigation, rechercher

Résumé

Ajivika

Doctrine non orthodoxe indienne niant l'existence de l'âme. A l'origine, l'ajivika fut liée au bouddhis­me dont elle constituait sans doute une variante, les bouddhistes de l'Antiquité niant catégoriquement eux aussi la notion d'« âme ». La tradition veut que le philosophe Markalideva qui vécut aux VIe-Ve siècles avant notre ère fût le fondateur de l'ajivika. Selon les traités consacrés aux Vedânta médiévaux, l'ajivika a pour origine l'idée atomistique qui sous-tend d'autres idées et conceptions de cette doctrine. D'après la doctrine de l'ajivika, il existe quatre variétés d'atomes sur lesquelles reposent quatre éléments de la na­ture: la terre, l'eau, l'air et le feu; tous les atomes peuvent se combiner. La « vie » n'est pas une réalité atomi­que, elle est ce qui perçoit, ce qui ap­préhende les combinaisons d'atomes. Les variétés d'atomes et la vie consti­tuent cinq essences auxquelles se li­mite tout ce qui existe. La conscience est un agrégat particulier d'atomes extrêmement tenus faisant partie de la configuration de la « vie ». Les atomes sont éternels, indivisibles, incréés et indestructibles. L'ajivika intervenait comme une doctrine réalis­te et, globalement parlant, matéria­liste qui s'opposait aux religions de l'Inde antique, ainsi qu'à la philoso­phie du brahmanisme (Philosophie in­dienne). L'ajivika niait les doctrines brah­maniques du karma, du samsara et du moksha ; cette négation impliquait parfois la propagation du relativisme* éthique.

Bibliographie

Frolov, I., Dictionnaire philosophique, Éditions du Progrès, Moscou, 1985, p. 10