Ascétisme

De CocoWikipedia
Aller à : navigation, rechercher

Résumé

Ascétisme

(Du grec askeo — je m'exerce), principe de comportement et mode de vie caractérisés par une continence maximale pour ce qui est de la satisfaction des besoins, par « la mortification de la chair », par le renoncement aux biens terrestres pour parvenir à un idéal moral ou re­ligieux. A l'origine, en Grèce anti­que on appelait « Ascétisme » l'exercice desti­né à élever la vertu. On doit les fonde­ments théoriques de l'ascétisme aux doctri­nes religieuses d'Orient, notamment indiennes et, plus tard, à Pythagore. Les premiers chrétiens appelaient les ascètes ceux qui menaient une vie de privations se livrant aux prières et s'imposant le jeune. L'idéal d'ascétisme à l'époque des premiers chrétiens et celui de la période médiévale se vit modifier durant la Réforme. Le protestantisme commença à prêcher l'« ascétisme séculier ». Les premiers mouvements paysans et prolétariens appelaient eux aussi à l'ascétisme. Ce fut là une forme de protestation contre le luxe et l'oisiveté des classes dominan­tes. L'éthique marxiste considère l'ascétisme comme un comportement déraisonnable et injustifié poussé à l'extrême, ré­sultant d'une interprétation erronée de l'idéal moral et de la voie qui y conduit. Elle procède du principe : « Tout au nom de l'homme, pour le bien de l'homme ». Ce faisant, le marxisme condamne l'antipode de l'ascétisme : l'incontinence en matière de satisfac­tion des besoins, un luxe démesuré, la volonté de réduire toute la vie à la recherche des plaisirs.

Bibliographie

Frolov, I., Dictionnaire philosophique, Éditions du Progrès, Moscou, 1985, p. 31